Tomber enceinte trop vite?

Au fil des articles, je raconte ma petite histoire, ce que je vis, ce que je pense et ce que je ressens. J’ai dévoilé notre décision d’agrandir notre famille mais aussi le jour où nous avons appris que bébé numéro deux était en route mais je n’ai pas encore confié comment j’ai vécu cette nouvelle étape dans la construction de notre famille.

Aujourd’hui, j’ai décidé de me livrer sur ce que j’ai ressenti ce fameux jour où la deuxième barre est apparue. Sans langue de bois, toujours avec beaucoup de sincérité, j’explique ce qu’il s’est passé dans ma petite tête…

Ce deuxième bébé, nous le voulions plus que tout. Nous avions beaucoup réfléchi au moment idéal pour le concevoir sans réellement savoir quand ce désir deviendrait réalité. Finalement, bébé numéro deux ne se fera pas trop désiré puisqu’il avait décidé de s’installer dans mon bidou seulement quelques jours après l’arrêt de mon contraceptif.

Ce beau « plus », je ne l’attendais pas avant trois ou quatre mois. Je voulais laisser le temps à mon corps de relancer la machine. Des scénarios, j’en avais imaginé des dizaines. Il y avait les plus jolis où bébé naitrait le même mois que moi ou celui de petit Chaton et il y a les plus difficiles où nous aurions des difficultés à concevoir ce bébé. Mais je n’avais pas envisagé une seule seconde que je pourrais tomber enceinte de suite. Et c’est pourtant bien  cela qui s’est passé.

A l’instant même où le test est devenue positif, mes mains se sont mise à trembler, je n’ai pas réalisé et je ne me suis dit « non, pas maintenant! C’est pas possible! C’est trop rapide ». Le lendemain, la prise de sang a bien confirmé cette grossesse. Et les jours suivants ont laissé place aux doutes, et a un grand questionnement. C’est difficile à avouer mais je n’étais pas prête. Je n’ai pas ressenti la même excitation que pour ma première grossesse. Je n’arrivais pas à me réjouir et Chéri l’a bien vu. De manière inconsciente, j’avais tout calculé dans ma tête: bébé arriverait au bout de quelques mois d’essais, j’aurais appris ma grossesse après notre voyage de noce, nous aurions notre maison pour l’accueillir.  Mes plans étaient perturbés et la grande organisatrice que je suis s’est senti déstabilisée par ce bel imprévu.

Déjà l’aspect matériel de la situation me posait problème. Notre projet maison n’était pas du tout fini et il ne le serait pas pour la naissance de ce bébé. Nous allions manquer d’une chambre. Je me posais sans cesse les mêmes questions : Avons-nous assez de place? Comment préparer l’arrivée de ce bébé si je ne peux pas lui préparer une jolie chambre? J’avais eu tellement de plaisir à préparer la chambre de mon petit Chaton. Chéri m’a beaucoup rassuré, bébé serait dans notre chambre le temps de nous installer dans notre maison. Il m’a aidé à relativiser puisque la maison allait arriver seulement un mois après la naissance de notre bébé. Il me disait : « Un mois dans une vie qu’est-ce que cela représente? »  Il avait raison, je m’angoissais pour des détails.

Mais en réalité, ma plus grande crainte concernait la santé de ce futur bébé. J’étais persuadée qu’il allait se passer quelque chose de négatif et qu’il ne fallait pas trop se projeter dans cette grossesse. C’était si beau et si rapide que cela ne pouvait pas être réel, il  devait forcement arriver quelque chose pour que ce bonheur, peut-être trop facile, soit vrai. J’ai mis un temps fou à accepter que tout allait bien et que tout se passerait bien. Je me rappelle avoir questionner plusieurs fois mon médecin sur les risques de fausses couches, et savoir si bébé était bien formé.

Tout un tas de choses, qui m’ont conduit à ne pas me réjouir « correctement » de ce bonheur… et qui m’ont conduit à ce sentiment et cette question: Peut-on tomber enceinte trop rapidement? En me posant cette question j’ai ressenti de la honte et je n’ai pas osé en parler.  Par peur d’être incomprise, d’être jugée, de mal m’exprimer parce que je sais que nous sommes des chanceux. Comme si, je n’avais pas le droit de ne pas me sentir prête.

Chaque jour, je me dis que nous avons tellement de chance d’avoir fondé notre famille sans problème. Je pense souvent à ces couples qui n’arrivent pas à avoir d’enfants, qui ont eu des années d’essais avant d’y arriver, qui ont vécu des années d’échecs avant d’être parents. Je pense aussi à ces femmes qui ont eu des traitements lourd pour devenir maman. Bref, tous ces couples qui donneraient tout pour avoir notre chance.

Ce sentiment de ne pas être prête, je l’ai eu tout au long du premier trimestre de grossesse. Je me suis laissée le temps de réaliser,  de doucement me projeter. Et aujourd’hui, je suis très impatiente de rencontrer ma petite Perle, de la sentir contre ma poitrine et de lui offrir tout mon amour.

Plus que 70 petits jours…

A très vite

xoxo Marie xoxo

17148694_10154938985441291_14918859_o

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s