Deuxième Miracle

Miracle, nom masculin (latin miraculum) : Fait extraordinaire, chance exceptionnelle, hasard merveilleux.

Mon premier miracle, c’était en 2014 : la naissance de mon petit Chaton.
Mon deuxième miracle, c’était la semaine dernière : la naissance de ma petite Perle.

Je suis maman une nouvelle fois.

Après 41 semaines, elle a enfin décidé de pointer le bout de son petit nez. Une arrivée unique, totalement différente de celle de petit Chaton mais qui finit exactement de la même manière : le bonheur.  Un bonheur si intense et tellement pur.

Il y a un mois, j’expliquais mon souhait d’accoucher à terme. Ce jour-là, ma petite Perle devait être bien attentive à ce que j’étais en train d’écrire puisqu’elle m’a prise aux mots: elle est arrivée à terme! Pas un jour en avance ni un jour en retard: pile le jour où il était prévu qu’elle arrive. Quelle ponctualité! Je dois avouer que les derniers jours m’ont semblé interminables. J’ai même douté sur son envie de me rencontrer!

La veille de mon terme, je décida d’appeler la maternité pour connaître la démarche à suivre en cas de dépassement de terme. La sage femme me donna un rendez-vous le lendemain matin pour faire un monitoring et une échographie afin de faire un point sur l’état de santé de bébé et connaître les choix qui peuvent s’offrir à moi pour la suite des évènements. Cette dernière journée a été très longue.
Je me suis posée pleins de questions : Combien de jours allait-on me donner avant de me parler de déclenchement? Quel déclenchement choisir? Et si bébé ne se décide pas à descendre? Ces 9 mois vont-ils se terminer en césarienne?
Tout un tas d’éventualités qui m’ont fait peur car j’avais toujours entendu des choses négatives sur le déclenchement et la césarienne m’effraie. Des jours entiers où j’imaginais différents scénarios pour cette naissance, mais je n’avais pas envisagé un dépassement de terme. Plus que tout, je voulais vraiment que ma petite Perle choisisse sa date pour arriver et que la nature fasse son travail d’elle même.

Le dernier soir, je partis au lit dans l’espoir que ce rendez-vous à la maternité pourrait répondre à  mes questions.  Il ne me restait que quelques heures à patienter pour en savoir davantage.

Finalement, ce rendez-vous n’aura jamais eu lieu.
Il est 3H30 du matin, je suis réveillée par une contraction assez intense. Je décide de me lever tranquillement pour boire un verre d’eau. Seulement quelques minutes s’écoulent qu’une autre arrive, toujours assez douloureuse.  Chéri m’entend et se lève pour me rejoindre. Nous nous mettons à compter pendant 10 minutes et nous avons réalisé qu’elles sont espacées d’environ 3 minutes. La sage femme nous avait conseillé d’attendre une heure de contractions pour partir à la maternité. Mais Chéri prends la décision de ne pas attendre. J’ai des doutes à savoir si cela est un vrai travail mais je lui fais confiance. Je prends rapidement une douche, il charge les valises dans la voiture et nous réveillons petit Chaton pour l’emmener chez mamie. Heureusement, mamie n’habite qu’à quelques kilomètres de la maison.

Les contractions sont très douloureuses, et m’empêchent de marcher. Je me suis contenue du mieux que j’ai pu pour ne pas inquiéter petit Chaton.

Une fois déposé, nous prenons la direction de la maternité. Par chance, elle est à seulement 5 minutes en voiture. Des minutes interminables où chaque contraction en position assisse est une réelle torture.

Il est 4h30. La chance est avec nous, il y a une place de libre juste devant la maternité.  J’avance au rythme des contractions jusqu’à l’accueil.

La sage femme de garde nous ouvre et nous demande de nous diriger vers une première salle : la salle de pré-travail afin de faire un monitoring et voir si le travail a bel et bien commencé. Mais en voyant ma tête lors d’une contraction, elle nous envoie directement dans une salle de naissance.

Après examen, elle me demande si je souhaite une péridurale sans me dire à combien je suis. Mon projet de naissance lui avait été remis et je souhaitais tenir le plus longtemps sans. Mais la douleur est vraiment trop forte et je ne me sens pas capable de tenir plusieurs heures comme cela. Je suis vraiment déçue de moi-même, j’avais tellement bien tenu pour mon premier accouchement. Je lui demande à combien est mon col, elle répond que je suis « déjà à 6 » et que pour la péridurale c’est maintenant ou jamais car le travail avance très vite. D’un coup, je suis soulagée d’apprendre que l’accouchement est pour aujourd’hui. Je n’ai donc pas de regret à l’accepter.

Quelques minutes plus tard, l’anesthésiste arrive pour me la poser. Ces minutes qui me paraissent des heures, tellement les contractions s’enchainent et s’intensifient. Chéri quitte la pièce et je me retrouve avec la sage femme et l’anesthésiste. Il attend la fin d’une contraction pour commencer. Il est indispensable pour cet acte d’avoir une position bien particulière avec le dos rond et de ne surtout pas bouger. Sauf qu’une contraction arriva avant même qu’il n’ait le temps de terminer. Je me concentre de toutes mes forces pour ne pas bouger malgré la douleur. Ma tête repose sur l’épaule de la sage femme qui est face à moi et j’attrape ses bras et les serre de toutes mes forces. Je me souviens m’etre excusé en même temps mais je dois dire que j’étais réellement dans un état second.

Ouf, la péridurale est posée. Plus que vingt petites minutes et elle commencera à faire effet. La sage femme me demande de m’installer sur le dos pour plus d’efficacité, position qui est un supplice pour moi car mes contractions sont dans les reins.

Lors de la contraction suivante, je sens que ça pousse. La sage femme m’examine et là, le verdict tombe, je suis à dilatation complète. Pas le temps d’attendre que la péridurale agisse. Elle appelle l’obstétricien de garde et par chance, c’est mon médecin. Elle me perce la poche des eaux. Tout va tellement vite que je comprends à peine ce qui se passa et n’ai pas vraiment le temps de réaliser que je suis sur le point de mettre mon bébé au monde.

Le grand moment arriva. Je dois gérer la douleur de la contraction, ma respiration et la poussée. Beaucoup d’informations à la fois, qui me déstabilisent et m’empêchent de me concentrer. Sur la première poussée je fais un peu n’importe quoi. Sur la deuxième, je me ressaisis, je pousse deux fois et mon bébé est là. Sa tête est à peine sorti qu’on entend le son de sa petite voix. Une fois les épaules passées, je l’attrape et la pose sur mon ventre. Il est 5H30.
La péridurale n’eu effet qu’à partir de ce moment là.
La pression retombe. Chéri et moi sommes tellement émus de la rencontrer et de la découvrir. Une petite Perle si petite, si jolie et si parfaite.

Elle arriva comme une fleur en deux petites heures. Un accouchement simple, rapide, efficace mais tellement inattendu.

Nous sommes enfin quatre!

A très vite

xoxo Marie xoxo

 20170521_200209-01

6 réflexions sur “Deuxième Miracle

  1. papafamilyblog dit :

    Félicitations a toute la famille mais surtout a la maman . Bienvenue a ta petite deuxième .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s