Le tire-allaitement

Nouvelle et certainement ultime étape avant la fin de ce beau parcours.

En cette semaine mondiale de l’allaitement, il était important pour moi de livrer la suite de notre aventure lactée à ma petite Perle et moi.
Une aventure merveilleuse qui sera passée par plusieurs étapes: des difficultés, de la joie,  des décisions à prendre, un début et une fin…

Depuis quelques semaines, petite Perle va à la crèche. J’ai, alors, beaucoup réfléchi aux différentes solutions qui s’offraient à moi concernant son alimentation.
Depuis sa naissance, chaque semaine d’allaitement a été une véritable victoire et la consécration est arrivée lorsque nous avons atteint ses 4 mois soit le début de la diversification. A partir de ce moment précis, j’ai considéré que mon allaitement avait été une belle réussite.

J’ai réussi ce pari fou de l’allaiter et j’en suis fière!

Ce n’est pas pour autant que j’ai décidé d’arrêter l’allaitement du jour au lendemain. J’ai simplement adapté l’allaitement à notre nouveau rythme de vie. Ce n’est pas un secret, je n’ai jamais réussi à avoir du lait en grande quantité mais seulement ce dont ma petite Perle avait besoin en temps et en heure. C’est bien l’essentiel. Mais je n’ai pas pu me créer un petit stock de lait. Pour l’entrée en crèche, j’ai alors pris la décision qu’elle passerait en alimentation mixte. Les deux repas pris là-bas seront du lait en poudre et ceux de la maison du lait maternel. Pour des raisons d’organisation, j’ai aussi fait le choix que mon lait lui serait donné par biberon à la maison. C’est alors que je me suis tournée vers le tire-lait pour cette transition.

Encore trop peu développé, le tire-allaitement peut pourtant être LA solution pour certaines femmes.

Mais le tire-allaitement, qu’est-ce que c’est concrètement? C’est tirer son lait grâce à un tire lait et nourrir son bébé au biberon avec son lait maternel.

Nous avons donc adopté ce mode d’alimentation pour faire doucement la transition. Dans la vraie vie, c’est un peu contraignant au début puisqu’il faut prendre le temps de tirer son lait plusieurs fois pas jour. Les premiers jours, j’étais très assidue et je tirais mon lait à différents moments de la journée afin de constituer les biberons de ma petite Perle.

Rapidement, mon emploi du temps ne m’a permis de réellement bien tirer mon lait.  J’ai pu le faire deux fois par jour et ainsi constituer deux biberons (ceux dont nous avons besoin pour la maison). En parallèle, je réserve le sein à ma petite Perle si elle se réveille la nuit. Cela s’est produit que très rarement puisqu’elle fait ses nuits. Par conséquent, ma lactation diminue très progressivement.

Le tire allaitement, ce n’est pas plus ou moins difficile que l’allaitement, cela demande tout autant de disponibilité et de motivation.

Je dirais que le tire allaitement peut être la réponse à des mamans dans certaines situation: arrêter progressivement l’allaitement, allaiter un bébé qui n’accroche pas le sein, pouvoir donner son lait même si la maman ne veut pas mettre bébé au sein. Pour moi, l’allaitement, ce n’est pas que donner le sein, c’est aussi et surtout donner son lait par n’importe quel moyen.

Aujourd’hui, petite Perle a cinq mois et notre aventure lactée touche à sa fin.

De cette manière j’ai pu gagner un mois de plus avec l’allaitement mais je sens bien que d’ici le mois prochain l’histoire sera terminée. Je n’ai aucun regret dans tous les choix que j’ai pris, bien au contraire je suis très heureuse de ce parcours, notre parcours à toute les deux. Je n’oublierai jamais tous ces moments exclusifs que j’ai eu avec ma fille, cette relation si intime et unique, ces instants de pur tendresse et d’amour, toutes ces nuits que nous avons partagés, où nous nous sommes rendormies l’une contre l’autre… J’ai pu vivre un allaitement comme je me l’étais imaginé.

A très vite

xoxo Marie xoxo

 

photographe-bb-bordeaux-1154

Une réflexion sur “Le tire-allaitement

  1. ColombesMum dit :

    Merci. Par contre personnellement je n’ai pas vécu le tire-allaitement comme toi. Il était exclusif et du coup au contraire très fatiguant physiquement et moralement. C’est une chance de pouvoir le faire mais vraiment c’est très fatiguant lorsqu’on « n’a pas le choix! ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s